Manifestation au Japon suite à Fukushima, Kenichi Watanabe. Droits réservés